mardi 30 juillet 2019

Un espion aux enfers, Edouard Teulières









Titre : Un espion aux enfers


Auteur : Edouard Teulières

Editions : Librinova

Année de parution : 2019


Cette chronique est écrite en service presse

C'est l'histoire d'un type qui meurt et qui se retrouve au Paradis...

C'est un patron d'anecdotes indémodable : le paradis et l'enfer qui s'opposent avec tous les clichés qui sont liés à cette caricature de la vie après la mort. C'est un bon début, stable et familier tant ces représentations sont habituelles : le paradis, le purgatoire, les enfers. Et là aussi, on se retrouve en terrain connu plus qu'en terre inconnue car les problématiques de Dieu, censé gérer l'humanité, ressemblent parfaitement à celles des chefs d'entreprise confrontés à la concurrence. d'ailleurs, il déploie les mêmes dispositifs de marketing fondés sur les hypothèses de gestion de masse : marketing, promotion, etc. Les calembours et autres jeux de mots sur les noms ou les expressions sont autant de clins d’œil à nos références culturelles. C'est un festival de trouvailles tout en légèreté dans un style d'écriture savoureux, parfois épicé mais jamais vulgaire !


Vous avez dit spirituel ?

La religion n'est qu'un prétexte pour croquer des caractères, presque quatre siècles après La Bruyère. Les selfies d'Amélie, la jeune influenceuse réseau, les petits arrangements de Clint, chargé de sauver le monde, la naïveté de Dieu, les caprices de Roger, le chagrin de Solange : les portraits vont bon train, justes esquisses qui jouent à fond l'identification. On y reconnaît tel ou tel collègue de boulot, tel ou tel personnage de la famille et de temps en temps on se reconnaît soi-même ! C'est que les réparties fusent, bien vues et très spirituel. De quoi rendre certains dialogues cultes, comme celui de l'entretien d'embauche :
"- En quoi ce poste vous intéresse-t-il ?
- J'ai deux passions dans la vie : les robots-tueurs et les kiwis."

Pour celles et ceux qui aiment les répliques du tac-au-tac, les commentaires pinçants, l'humour débridé, ce roman est incontournable.

Culture pop


 Et Dieu, dans tout ça ? Ce serait une erreur de croire que cet univers n'est que décor sans fonds. La fin nous donne une vision surprenante, à la manière des matriochki, de cet univers manichéen. Le dévoilement des origines de la scission entre les enfers et le paradis apporte un angle nouveau de compréhension du monde. Evidemment, à la fin, tout n'est pas résolu mais la tentative d'unification ou plutôt d'harmonisation est intéressante. Après en avoir ri, on pourrait bien prendre les choses à coeur.
Même si ce n'est pas un roman feel-good à proprement parler, on se sent peut-être plus léger en refermant le livre. On a pris de la distance, sans doute, et on se dit que bon an mal an, on ne mérite pas les enfers quand même.
Pour finir, j'associerais spontanément "Un espion aux enfers" au festival belge "Tomorrow Land" Mais alors, vous dire pourquoi, cela demanderait au moins une soirée de discussion en terrasse !





Un espion aux Enfers


Pour l'avoir à soi, c'est Librinova : https://www.librinova.com/librairie/edouard-teulieres/un-espion-aux-enfers
Pour en savoir plus : https://www.babelio.com/livres/Teulieres-Un-espion-aux-Enfers/1155261


Que lire ensuite ?

Pour l'été, c'est un festival de titres :

  • La vie de Monsieur Molière de Mikhaïl Boulgakov, où l'on apprend que le célèbre dramaturge a épousé sa fille ;
  • La petite marchande de prose de Daniel Pennac, où l'on explore toutes les raisons d'écrire ou de garder le silence...
  • Immensités de Sylvie Germain qui manie la langue française avec une puissance poétique merveilleuse, où l'on découvre le conte du fiancé qui vient demander la main de sa promise avce 3 bagages : son carton à chapeau plein de voix, sa valise en cuir pour ses vêtement et son gros coffre noir en métal pour...(Non, je ne vous dirai pas la fin...) ;
  • Le Restaurant de l'amour retrouvé, d'Ogawa Ito où l'on retrouve l'envie de cuisiner ;
  • Les Cahiers d'un chevrier qui venait de la ville, de Jean-Benjamin Jouteur - une délicieuse autobiographie qui a le charme de l'humour.
De belles pages estivales et à très vite,
Céline.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire